Historique de la 2cv

Sujet précédent Sujet suivant
Auteur Message
nenette58


<b><u><!--01--><font color=F30B35>Administrateur</b></font></u>

Hors ligne


Inscrit le: 05 Juil 2015
Messages: 43 123
Passionné (e): Féminin
Mon prénom: Anonymouse
Âge: 0
Avertisseur de zones de danger: Inforad Ci

Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 09:08
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

Les années 1930 ; un premier prototype, une première TPV. 1935
Pierre-Jules Boulanger (PJB) dit calmement, un jour à Brogly (Directeur du personnel Citroën) ; "Faites étudier par vos services une voiture pouvant transporter deux cultivateurs en sabots, cinquante kilos de pommes de terre ou un tonnelet à une vitesse maximum de 60 km/h pour une consommation de tois litres d'essence aux cent. En outre, ce véhicule doit pouvoir passer dans les plus mauvais chemins, il doit être suffisamment léger pour être manié sans problèmes par une conductrice débutante. Son confort doit être irréprochable car les paniers d'oeufs transportés à l'arrière doivent arriver intacts. Son prix devra être bien inférieur à celui de notre Traction Avant et, enfin, je vous précise que son esthétique m'importe peu."

C'est à ce moment et grâce à Pierre Jules Boulanger que commencera vraiment l'histoire de la 2CV.

  

1937
Il y aura 49 prototypes différents recensés de TPV (Très Petite Voiture, nom de la 2CV jusqu'en 1948 et sa présentation au salon de l'automobile) avant d'arriver au modèle définitif d'après-guerre que l'on connait. Au début de l'année 1937 un premier engin est prêt. C'est un monstre en Duralinox qui, déjà, a une certaine parenté avec la 2CV.

Mais il faut assurer un maximum de discrétion pour ce véhicule hors-norme ; Boulanger charge un collaborateur de lui trouver un endroit (ce sera à la Fierté-Vidame) et personne ne sera autorisé à pénétrer dans ce lieu pas même les plus proches collaborateurs de PJB.

Les premiers essais de la TPV 1937 seront très décevants.

  
1938
Nous ne sommes qu'au début de l'année 1938 et une vingtaine de TPV se relaient sans relâche sur les pistes secrètes de la Fierté-Vidame. Mais au vu des objectifs de production de PJB, personne chez Citroën ne voit se profiler le conflit mondial. Pour le personnel dirigeant, il est donc temps de songer à la fabrication avant le Salon de 1939, si l'on veut voir une nouvelle Citroën chez tous les concessionnaires pour son lancement.

  
1939
Alors qu'une première TPV est sur le point d'être achevée, la guerre éclate, et le Salon n'aura pas lieu. On empile une partie des quelque deux cent cinquante TPV incomplètes le long d'un mur de l'usine. Une cinquantaine d'autres plus achevées sont protégées sous des bâches où elles vont s'empoussiérer tranquillement, rouillant peu à peu, oubliées de tous sauf du patron.

Pendant la guerre, PJB travaille en secret sur son projet, refusant des propositions allemandes qui veulent en savoir plus.

  


______________________________________________________________________________________________________________

Pourquoi la 2CV? La 2cv a été conçue dans le but d'être une voiture économique, tant à l'achat qu’à l’entretien. C’est pourquoi la fabrication doit être rapide et l’usure générale de la voiture faible.
Pour une fabrication plus simple : le même type de vis est utilisé quasiment partout, le moteur se met en place très facilement et tient par 4 vis, même chose pour la carrosserie en tôle.
Pour une usure faible : la longévité est privilégiée plutôt que la performance, techniquement ça se traduit par un jeu entre les pièces plus grand (en millièmes de mm), et surtout des solutions simples mais efficaces..
C'est donc au milieu des années 1930, que Pierre Jules Boulanger décide de créer la première voiture "populaire". Sa volonté est claire : il veut un véhicule au confort simple, accessible au plus grand nombre, donc "bon marché", et susceptible de transporter plusieurs personnes, ainsi que leurs bagages, sur tout types de terrains.
Pour transformer son rêve en réalité, il s’adjoint les services d’André Lefebvre comme ingénieur, et de Flaminio Bertoni, dit "doigts d’or", comme styliste. Cette équipe va donner naissance à un des plus grand mythe automobile du siècle : la 2CV.

 
 
Le projet TPV
Le projet traction ayant reçu l’appellation de code PV (petite voiture) la voiture minima aura celle de TPV (très petite voiture). Ce ne sont pas les esprits créatifs qui manquent chez Citroën. On donne carte blanche pour le projet TPV qui reçoit constamment des idées toujours plus originales, souvent probantes.
Pour le châssis, on essaie les tubes d’aluminium (incorporant l’échappement), les caissons soudés en alliages légers, la plate forme en bois collée.
Pour la carrosserie la tôle roulée, la tôle ondulée pour rigidifier sans alourdir, la carcasse en duralinox revêtue de toile cirée.
On envisage un moteur monocylindrique puis un bicylindre à deux ou quatre temps, refroidi par l'eau, puis, par l'air.
La suspension fait appel à un faisceau de barres de torsions, à des blocs de caoutchouc, à des ressorts verticaux ou horizontaux ainsi qu'à l’hydropneumatique.
Le Code n’imposant alors qu'un seul phare et un seul feu rouge il n’y a pas d’autres éclairage sur la 2CV. La mise en marche s’effectue, selon les prototypes, par manivelle, par lanceur à ficelle.

 
Condamnée par fait de guerre
En 1939 le quarante neuvième prototype paraissant enfin viable, Pierre Boulanger ordonne la mise en fabrication d’une présérie de 250 TPV mais quelques semaines plus tard, c’est la seconde guerre mondiale (1939-1945). Priorité absolue est donnée aux commandes militaires, fabrication sous contrôle allemand. Leurs formes évoquent déjà la 2CV définitive a quelques différences près : la caisse est en duralinox ; refroidissement à eau ; boite de trois vitesses ; bras portes roues ; suspensions par barres de torsion longitudinale ; freins hydraulique sur les roues avant.

Les études sont clandestinement reprises, la guerre laissant prévoir une longue période d’austérité et de restrictions en tous genres, l’économie d’utilisation reste prioritaire ainsi que l’économie de fabrication. On revient à la plate-forme caisson et à la caisse en tôle emboutie, le moteur refroidi par air s’impose ainsi que la boite à 4éme vitesse surmultipliée.
La suspension associe interaction latérale et batteurs pour chaque roues, le frein principal concerne aussi le train arrière, tandis que l’équipement ce civilise. On donne un deuxième phare à la TPV, un démarreur électrique et des sièges conventionnels.

 


Première sortie de la TPV
En 1948 la décision est prise de la présenter au salon en octobre, le secret restera total jusqu’à l’heure de l’inauguration. Et c’est la stupeur! c’est la première fois que l’on voit un véhicule d’encombrement normal, à quatre vrais places, aussi dépouillé, aussi utilitaire sinon démodé avec ses phares rapportés et une suspension aussi souple.
Impossible de voir le moteur, le capot avant est scellé. On précise juste que c’est un moteur de 375 cm3 bicylindre à quatre temps refroidis par air et qu’elle consomme quatre à cinq litres au 100 Km. On précise également que le démarrage à mécanique ne nécessite pas d’accus, livraison courant 1949 pour 185000 Fr (Anciens Francs), donc 1850 Nouveaux Francs => 282€... Seule la réputation de Citroën empêche de croire à une supercherie.

La réputation de la 2CV se fait toute seule, elle va partout, par tous les temps.
Tous l’adoptent : de l’agriculteur au V.R.P. en passant par la religieuse. La presse ne tarit pas d’éloges sur son confort, sa facilité d’utilisation et sa robustesse, mais déplore la finition un peu trop spartiate et faibles aptitudes en côte.

 
La 2 CV prend du coffre En 1951 la 2CV sort sous la forme d’une fourgonnette de 250 Kg, d’un moteur de 375 cm3 choisie de suite par les PTT. En 1956, l’AZ 425 cm3 devient AZL. "L" pour luxe avec une grande lunette arrière, soit une grande capote en tissu synthétique remplaçant la toile, des garnitures de sièges en tissu à rayures. La porte de malle est fournie en septembre. Ceux qui voulaient protéger leur bagages n’avaient de recours que dans les magasins d’accessoires. Une dizaine d’année après son apparition, une succession d'événement refait le look de la 2CV : couleur bleu glacier, roues de 380, nouveau tableau de bord etc.


Mais c'est finalement en février 1989 que la chaîne de production française de la 2CV s’arrête. Mais en plus de rester dans les coeurs des anciens, la 2CV rentre désormais dans l'histoire. En effet, avec environ 3,7 millions d'exemplaires vendus dans le monde, la 2CV est devenue un mythe et symbolise un art de vivre. La dernière de celles que l'on apellera les "dodoches" sort de l’usine de Mangualde, au Portugal le 27 juillet 1990... à 16h. C’est une fin regrettable pour tous, entre mélancolie et tristesse. Actuellement, c'est d'une autre histoire qu'il s'agit, l'histoire de la mémoire de cette voiture aux milles aventures, celle de la 2CV et de ses amoureux à travers tous les clubs Citroën.


______________________________________________________________________________________________________

Le premier prototype de Citroën sorti à la veille de la seconde guerre mondiale    
Lorsqu'au lendemain de la guerre 1939-1945, en 1948 exactement, la presse française annonçait, à grands renforts de publicité, la naissance de "la première voiture française fabriquée en grande série", sous la marque Citroën, bien peu de personnes (tout au moins dans le grand public) avaient entendu prononcer ce nom.
En 1939, 250 prototypes de 2CV sont construits dans le plus grand secret. Son moteur, le plus petit de l'histoire automobile, est un 375 cm3.
Alors que toute la France attend la première sortie officielle de la 2CV prévue pour le mois d’octobre au Salon de l’Auto, la guerre éclate en septembre 1940. Pendant la guerre, Pierre-Jules Boulanger continue secrètement ses essais à l’abri des regards allemands, afin de perfectionner son ouvrage.

   

Pierre Boulanger


5 ans plus tard, la guerre terminée, la 2CV pourrait sortir. Mais le pays est en pleine reconstruction et en pleine période de pénurie.
Les usines ne peuvent acquérir de matières premières à leur guise. Des quotas sont attribués aux différents constructeurs. La priorité est accordée à la nouvelle régie Renault et à sa petite 4CV, conccurente de la 2CV.
Ce contre temps permet cependant d'affiner la 2CV et de poursuivre les essais dans le plus grand secret.
Présentée pour la première fois au grand public au Salon de l'automobile de Paris, le 7 octobre 1948, la Citroën 2CV s'inscrit dans l'histoire de l'automobile française et européenne comme une voiture à part.
Au Salon, c'est la stupéfaction générale, pour une fois tous les spécialistes du monde automobile et le public sont unanimes : "on n'a jamais rien vu d'aussi laid". Bien que les avis soient partagés, seul un journaliste suisse lui prédit vraiment un très grand avenir.

   
La 2CV de la Rochetaillée-sur-saône :
 L'histoire de cette 2CV est assez compliquée. Sa première carrosserie était celle d'un des premiers prototypes de 2CV. Ensuite, durant la guerre, elle a servi pour faire les essais de pneumatique pour la future 2CV cachée sous cette carrosserie de pick-up.
Puis, à la fin de la guerre, en 1946, elle fut vendue, avec un lot de ferraille à Henri Malartre.Ferrailleur de son état, il a toujours conservé les voitures dignes d'interêts qui aboutiront, en 1962, à la construction de son musée.

   
Trois 2CV de 1939 :
 La première image qui frappe en entrant c'est les trois 2CV de 1939 qui ont été inaccessibles lors du dernier rétromobile. Ici point de problème, même pour regarder dedans et sous le chassis.


Le moteur de la 2CV Cycle à 4 temps, 2 cylindres horizontaux opposés (flat-twin), en position longitudinale avant. Bloc-cylindres non chemisés en fonte, culasse hémisphérique en alliage léger, alésage 62 mm, course 62 mm, cylindrée 375cm².
Distribution par arbre à came central entraîné par des pignons, soupapes en tête disposés en "V". Vilebrequin à 2 paliers, bielles non démontable. Piston en alliage léger. Refroidissement par air forcé, ventilateur à 8 pales. Graissage sous pression avec radiateur d'huile. Alimentation par carburateur inversé Solex 22 ZACl. Allumage par bobine double et rupteur monté en bout d'arbre à came. Dynamo monté en bout de vilebrequin, batterie 6 V 53 Ah. Taux de compression 6,2. Puissance 9 ch. SAV à 3.500 tr/min. Couple 2 m.kg à 2.000 tr/min. Capacités : huile moteur 2 L, réservoir de carburant 20 L.
  
Citroën, entreprise fondatrice
  

Le moteur a été pensé pour avoir une efficacité maximale avec le minimum de maintenance. C'est un petit chef d'oeuvre de logique : il est léger, facile d'accès (ouverture facile du capot, démontage rapide des ailes), peu gourmand, mais surtout d'une résistance à toute épreuve. Il s'agit donc d'un bicylindre à plat refroidi par air et distribution par culbuteurs, associé à une boite de vitesses à 4 rapports plus un rapport pour la marche arrière. Si la puissance est relativement faible, elle peut néanmoins être sollicitée de façon constante sans risque de casse. L'allumage est très bien pensé. La bobine haute tension est double, ce qui fournit simultanément une étincelle aux 2 bougies.
La boite de vitesses à 4 rapports est quant à elle remarquablement synchronisée, à l'épreuve des plus mauvais traitements, et est d'un maniement très aisé.

Il existe 4 moteurs pour la Deuche. Vous trouverez ci-dessous une description très générale.

Le moteur de 375 cm3 est le premier moteur monté sur la 2CV. Il est monté en 1950 sur la 2CV A et la 2CV AU en 1951. Il s'efface en 1955 au profit du moteur 425 cm3.
- Quelques caractéristiques :
375 cm3, 9ch à 3800 tr/min, 60 km/h maxi.

Le moteur de 425 cm3 présente 50 cm3 de plus par rapport au moteur 375 cm3. Il est monté en 1954 sur la 2CV AZ et la 2CV AZU . On le trouve aussi sur la 2CV AZL, la 2CV AZLP. Le moteur subit quelques modifications au cours de sa carrière et il s'effacera en 1970 au profit des moteurs 435 cm3 et 602 cm3.
- Quelques caractéristiques :
En 1954 : 425 cm3, 12ch à 4000 tr/min, 60 km/h maxi.
A partir de 1961: 425 cm3, 13,5ch à 4200 tr/min, 70 km/h maxi.
A partir d' avril 1962: 425 cm3, 14ch à 4000 tr/min ou 15 ch à 4500 tr/min, 80 km/h maxi.
A partir de mars 1963: 425cm3, 18ch à 5000 tr/min, 95 km/h maxi.

Le moteur de 435 cm3 a été monté sur la 2CV4 en 1970. Le 4 désigne 435 cm3. Ce moteur a été commercialisé jusqu'en 1978, arrêt de production de la 2CV4. Outre la 2CV4, la 2CV Spécial jaune cédrat de 1975 et la série spéciale 2CV Spot sont équipées de ce moteur.
- Quelques caractéristiques :
435 cm3, 26ch à 6750 tr/min, 102 km/h maxi, 5.4 l/100km, 2CV fiscaux.

Le moteur de 602 cm3 a été monté sur la 2CV6 en 1970. Le 6 désigne 602 cm3. Ce moteur a été commercialisé jusqu'au 27 juillet 1990. Outre la 2CV6, il est monté sur la 2CV6 Spécial, la 2CV6 Club, les 2CV6 Charleston, Les 2CV Dolly, les 2CV Perrier, la 2CV 007, la 2CV France3, la 2CV Cocorico.
- Quelques caractéristiques :
602 cm3, 33ch à 6750 tr/min, 115 km/h maxi, 6.1 l/100km, 3CV fiscaux
Remarque: un moteur 602 cm3, 29ch Din à 5750 tr/min, 3CV fiscaux avait été monté sur la 2CV AK en 1968.




La transmission sur la 2CV Embrayage mono-disque à sec, commande mécanique. Boîte à 4 vitesses silencieuse et synchronisée plus marche arrière.
Démultiplication : 6,75 en 1ere ; 3,25 en 2e ; 1,93 en 3e ; 1,47 en 4e (surmultipliée) ; 7,25 en MA.
Transmission aux roues avant par cadrans simples ; couples coniques 8x31.
  



Les croisillons de cardan sont bien souvent fatigués lorsqu'on récupère une auto. Sur les 2CV antérieures à 1966, on peut les changer sans difficulté, à condition de respecter la procédure mise au point par le constructeur.




Structures et trains roulants sur la 2CV Châssis plate-forme plus caisse mono-pièces boulonnée. Suspensions à 4 roues indépendantes, interconnexion latérale par ressort hélicoïdaux horizontaux travaillant en compression ; amortisseur à friction et batteur à inertie pour chaque roue. Freinage hydraulique, tambours avant de 200 mm, tambour arrière de 180 mm ; frein de secours mécanique sur les roues avant. Direction par crémaillère enfermée dans le faux essieu avant ; diamètre de braquage 10,50 m. Jantes en tôles à 3 tocs ; pneu Michelin "pilote" 125x400.  
 
 
 

Un châssis 

  

  

  
La 2CV suivante est une Charleston, mais nous parlerons principalement de la 2CV 1949 Type A ou de toutes les 2CV en général. Pas seulement de la Charleston.
Comme toutes les Citroën, la 2CV a constitué une avancée technologique indiscutable. Revue technique d'une éternelle jeune fille.



Source




(\__/)
(='.'=)
(")_(")

“A force de limiter la vitesse, il n'y aura bientôt plus aucun pare-brise disponible pour le suicide des moustiques dépressifs.” Patrick Sébastien
Revenir en haut
Publicité







Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 09:08
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
nenette58


<b><u><!--01--><font color=F30B35>Administrateur</b></font></u>

Hors ligne


Inscrit le: 05 Juil 2015
Messages: 43 123
Passionné (e): Féminin
Mon prénom: Anonymouse
Âge: 0
Avertisseur de zones de danger: Inforad Ci

Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 09:09
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

l histoire en miniature ( pour le plaisir des yeux )
La 2CV Terasson
 

En 1939, tous les essais sur les prototypes qui préfigurent la 2CV sont tenus au secret, avant d'être interrompus par la déclaration de guerre. Parmi les essayeurs Citroën de l'époque, Pierre Terasson en réalise les essais à La Ferté-Vidame avant de partir à la guerre.





La 2CV Cyclope
 

Entre 1935 et 1939, le bureau d'études de Citroën travaille sur un projet capital pour l'entreprise. L'époque est propice au lancement d'une petite voiture populaire, rustique mais pratique. Le cours de l'histoire va annuler le lancement de la 2CV A. et Pierre-Jules Boulanger fera reprendre le développement du projet dès 1941, dans le plus grand secret face à la guerre. Un prototype voit le jour en 1942 sous le surnom de Cyclope car elle possède un phare unique sur le capot moteur.



La 2CV AU (Camionette Perrier)
 

Véhicule utilitaire très populaire, la 2CV Camionnette est rapidement mise au service des commerçants. Des administrations et plusieurs sociétés françaises font l'acquisition de flottes de 2CV AU. A commencer par les Postes qui dès 1949 n'hésitent pas à choisir la 2CV camionnette comme véhicule de fonction. Le modèle de la camionnette Perrier ne fut pas un modèle officiel mais le fruit d'initiatives privés, ce qui la rend beaucoup plus rare.



La 2CV réfrégirée Miko
 

Durant les années 1950 et 1960, la 2CV camionnette a été employée à toutes les tâches utilitaires et commerciales. Dont la vente de saucisses frites, de pizzas ou encore de glaces, comme le modèle présenté, la 2CV Pick-up Miko.



La 2CV bicéphale des Sapeurs Pompiers
 

La 2CV dite "à deux têtes", construite à l'unité dans les années 1950 à la demande des pompiers du Var, fut un précieux auxiliaire des Sapeurs-Pompiers de Cogolin pendant plus de dix ans.




La 2CV AZU des Postes
 

C'est en 1952 qu'apparaît la camionnette de Postes dans sa livrée verte. Auxiliaire des facteurs Français, d'autres 2CV camionnettes seront utilisées par divers services techniques des postes.
Les premières 2CV camionnettes sont livrées en gris, puisque citroen n'a pas prévu un autre système de peinture. Normalement le matériel des Postes devrait pourtant revêtir la livrée réglementaire, un vert foncé avec les inscriptions "Postes" en lettres jaunes. Mais cette exigence devient très vite trop onéreuse. Après quelques exemplaires peint en vert, les 2CV Postes seront donc toutes peintes en gris. Jusqu'en 1962, ou finalement elles recevront une livrée jaune... pour le bonheur de nos yeux :)




La 2CV barquette de Pierre Barbot
 

Construite à l'unité entre 1951 et 1953, la 2CV Barbot portera au plus haut les couleurs de Citroën et de la 2CV. Créée par un ingénieur en physique-chimie et pilotée par un jeune surdoué (Jean Vinatier), la barquette fera couler beaucoup d'encre.
Raccourci de 25 cm par rapport à la 2CV d'origine, chaque éléments composant la barquette devra être ajusté, adapté ou refabriqué. Seules les ailes seront conservées d'origine, hormis l'intégration des phares dans les ailes. Elle arrivera victorieuse au bol d'or de 1953, en pulvérisant le record sur 24 heures.


La 2CV AZU Michelin
 

Propriétaire de la firme Citroën depuis 1935, Michelin est à l'origine du projet 2CV. La réussite de la 2CV AZU en fait un véhicule idéal pour la flotte du manufacturier de pneus, qui s'équipera, dès 1954, en 2CV Camionnette pendant près de 20 ans.




La 2CV A Monte-Carlo
 

Une 2CV au départ du rally de Monte-carlo! En 1954, cela fait plutôt sourir. Oser pareil défi à l'époque relevait presque de l'inconscience ou de la plaisanterie. Pourtant, Michel Berbier et Jacques Duvey l'on fait et avec une certaine réussite. Leur 2CV "A" entre ainsi dans l'histoire des Petites Citroen héroïques et fera bonne figure.



La 2CV AU du Secours Routier de la Ville de Paris
 

En 1954, la brigade des motards de la police parisienne se voit attribuer, en complément de ses motos, quelques 2CV Camionnettes spécialement équipées pour venir au secours des usagers de la route. A cette époque, ces 2CV AU peuvent, le cas échéant, transporter un blessé ou un délinquant.



La 2CV AZU Knorr
 

La 2CV Camionnette connaît un essor décisif en 1954, lorsque sa cylindrée est augmentée. La version utilitaire de la petite Citroen devient alors la coqueluche des entreprises, notamment celles qui, comme Knorr ont à livrer des produits peu encombrants. L'identification des camionnettes Knorr aux produits de la marque est une parfaite réussite : l'agencement des couleurs est résolument proche de celui des emballages.



La 2CV AZU La Vache Qui Rit
 

La 2CV AZU, de la Vache qui rit, arpente dès 1955 les routes de l'hexagone pendant une dizaine d'années pour livrer les épiciers et fromagers.




La 2CV AZU Lesieur
 

C'est Lesieur qui fut dans les tout premiers industriels français à utiliser la 2CV AZU. Le géant de l'huile passe en effet commande de plusieurs véhicules dès 1955. Ces 2CV auront une double fonction commerciale. Elles servent à la fois pour démarcher de nouveaux dépositaires de la marque et pourla livraison des produits.




La 2CV AZU d'Orangina
 

Tout au long des années 1950 et 1960, l'utilisation d'une 2CV AU (puis AZU) pour véhiculer des messages publicitaires est monnaie courante. Depuis l'arrivée sur le marché de cette 2CV camionnette, en 1951, presque tous les annonceurs se la sont offerte pour inscrire leurs marques et leurs slogans sur ses flancs. La 2 CV Orangina n'échappera pas à la tradition. La petite 2CV sillonnera la France pendant plus de vingt ans.





La 2CV AZL à malle plombée
 

Dotée du moteur de 425 cm3 depuis 1954, la 2CV AZ devient AZL en octobre 1955, avec un "L" comme Luxe tout en conservant le concept de sa capote longue, qui descend jusqu'au pare-chocs arrière. Pour pallier l'absence de porte de malle du coffre aux voleurs, de nombreux accessoiristes proposent, depuis le début des années 1950, toutes sortes de portes de malles fermant à clé dont les modèles permettent également d'améliorer le volume du coffre.




La 2CV Dagonet
 

Le succés de la 2CV devient vite une source d'inspiration pour les carrossiers et mecaniciens. Jean Dagonet est de ces mécaniciens. Il passe de longue heures dans son atelier. Aprés s'être interressé au moteur en 1952, il s'attaque à l'esthétisque de notre 2CV et de 1953 à 1957, Jean Dagonet réalise plusieurs carrosseries. Dont celle présentée ici, le modèle de 1956.



a 2CV Support Publicitaire
 

Dédiée au rôle de véhicule utilitaire, dès le milieu des années 1950, la 2CV se voit rapidement attribuer celui de voiture commerciale tout en servant de support publicitaire mobile. S'il ne reste pas de trace de la 2CV AZLP de 1957 aux couleurs "assistance commerciale coordinateur", les autres exemples ne manquent pas.




La 2CV AZL Taxi
 

Suite à la crise du pétrole au cours de l'été 1956, cette dernière priviligie les voitures de petites cylindrées. Compte tenu de la sobriété de la 2CV et des rationnements en carburant engendrés par la crise du Canal de Suez, la direction du quai de Javel estime qu'il y a un marché potentiel sur le projet des transport en taxi. C'est en 1957 que Citroen propose notre 2CV nationale en version Taxi. Un siège pour le conducteur, pas de siège passager (replié dans le coffre). Le client reste sur la banquette arrière, avec possibilité d'allonger ses jambes.




La 2CV AZU L'alsacienne
 

Au début des années 1950, la célèbre entreprise de biscuits l'Alsacienne décide de développer sa politique commerciale et s'équipe de 2CV Camionnette. Durant plus de dix ans, les petites Citroën participeront ainsi à l'essor de la marque jusqu'en Afrique.




La 2CV AZLP
 

Première voiture à avoir effectué le tour du monde, d'octobre 1958 à novembre 1959. Jean-Claude Baudot et Jacques Séguéla ont parcouru plus de 100000 Km en 400 jours au volant de leur 2CV AZLP et ont fait rentrer la petite Citroën dans l'histoire. A noter que la petite 2CV est conservée en l'état au Musée Automobile de la Sarthe.




La 2CV AZU Camping Gaz
 

La marque Camping Gaz est née en 1949. La même année de la commercialisation de la 2CV. La jeune société s'équipe alors de quelques 2CV AZU. Trois ans plus tard, la petite Citroen lui donnant entière satisfaction, Camping Gaz choisit d'en faire sa flotte principale de représentation commerciale. Elles arpenteront l'hexagone jusqu'au début des années 70.




La 2CV 4x4 bimoteur dite "Sahara"
 
 

Née en 1958 d'une idée de créer une voiture simple et susceptible de remplacer la Jeep, M. Bonnafous résoud à la fois la consommation et les problèmes de disponibilité et de coût des pièces détachées de la Jeep. Impossible de la confondre avec une autre 2CV, car le deuxième moteur impose de modifier la porte de la malle afin d'aménager le refroidissement du moteur.
Deux moteurs, deux commandes de démarreur, deux réservoirs placés sous les sièges dont les orifices débouchent à travers les portières. Sa commercialisation ne sera effective qu'à partir de février 1961.



La 2CV AZU Saint Yorre
 

Dans le Massif Central, la 2CV Camionnette Saint-Yorre est l'une des voitures de livraison les plus populaires. Mise en fonction dans le bassin de Vichy en 1959, elle est chargée, quotidiennement d'approvisionner les épiciers et bistrotiers de sa région. Elle en sera l'ambassadrice de la marque Saint-Yorre pendant plus de dix ans.




La 2CV Pick-Up bâchée
 

Proposée pour la première fois en 1954 par un carrossier parisien, sur une base d'une 2CV AU, la 2CV Pick-up vise une clientèle étroite. Malgré l'intérêt que lui accorde les Anglais ainsi que des pays d'Amérique Latine, cette 2CV marginale ne connaîtra pas un succès populaire.




La 2CV Pick-Up des pompiers de Henfligen
 

Après la 2CV Bicéphale de la caserne de Cogolin, dans le Var, c'est la 2CV Pick-up qui vous est présentée ici. La 2 CV des pompiers de Henflingen fut réalisée avec les moyens du bord. D'abord camionnette des PTT, elle fut rachetée par les pompiers eux même puis modifiée par le chef de caserne. Cette 2CV a servi principalement lors de petites interventions, feux de cheminées, inondations ou nid de guêpes. Elle est aujourd'hui dans le musée de la 2CV à Schirmeck.




La 2CV AZU Shell
 

Dans les années 1960, la 2CV Camionnette est un véhicule utilitaire connu et apprécié de tout le monde. Peu connue en France, mais trés présentes comme véhicule de liaison en Angleterre et en Hollande. Notre petite 2CV bénéficie des dernières améliorations de la marque, comme un moteur de 18 ch au lieu de 15ch et roule à 95 km/h au lieu de 85.



La 2CV Pick-up de Butagaz
 

La 2CV camionnette, présentée pour la première fois au Salon de l'automobile de 1950, va constituer l'un des outils favoris des artisans et des commerçants. Rustique, fiable et partique, la 2CV Pick-up AK 350 Butagaz est devenue assez rare et l'arrivée de la Méhari, en 1968, précipita le désintérêt du public pour ce genre de véhicule.




La 2CV Azam
 

Au cours de l'année 1965, comme toutes les 2CV berline, la 2CV AZAM (AZ Améliorée) reçoit de profondes modifications. Sa physionomie, son confort et sa tenue de route sont transformés. Une nouveauté marquante, le changement d'ouvertures des portes avant, ouvrant à contresens et jugées dangereuses. De nouveaux pare-chocs, des enjoliveurs et une meilleure tenue de route.




La 2CV AZAM export de luxe
 

La 2CV Export Luxe de 1967, ultime évolution de la 2CV AZAM, dispose d'un degré de finition qui ne sera jamais égalé par la suite. Cette voiture ne connaîtra qu'une trés brève carrière.. A noter que ce fut aussi la première 2CV à disposer de 2 feux clignotants avant encastrés dans les ailes.



La 2CV Flower Power
 

Le mouvement hippie, né en Californie au milieu des années 60, gagne l'Europe quelques années plus tard et ne se complaît en voiture qu'à travers un seul type de modèle : la 2CV. La voiture qui est présentée, "Peace & Love" des années 1970, symbolise cette période faste de la petite Citroën, tout comme son slogan de l'époque "Plus qu'une voiture, c'est un style de vie", ce dernier résumait très bien la 2CV Flower Power.



La 2CV Rallye Raid
 

Dès le début des années 50, la 2CV suscite le goût de l'aventure. Mais il faudra attendre le début des années 70, et la création du Raid Afrique pour découvrir la 2 CV présentée ci dessus. Le Raid Afrique était effectué en convoi sur près de 8000 kms. Cinq groupes autonomes composaient le convoi et plusieurs transformations des 2CV étaient demandées aux concurrents avant le départ. La 2CV présentée ici, porte le numéro 1, elle était pilotée par Jacques Wolgensinger et Jean-Paul Cardinal, dont vous pouvez observer les noms sur les portières de la miniature.



La 2CV 6 Vert tuileries
 

La 2CV Vert Tuileries succède en septembre 1974 à la 2CV vert Palmeraie, avec un visage modernisé grâce à une nouvelle calandre et surtout des blocs phares rectangulaires. Nouveauté aussi sur cette voiture, la clé de contact plantée sur la colonne de direction permet le démarrage direct, supprimant le bouton poussoir du tableau de bord qui actionnait le démarreur depuis plus de vingt ans.



La 2CV Spot
 
  

C'est au cours de l'année 1976, en avril très précisément, qu’est commercialisée la première série limitée sur base 2CV : La Spot.
Transformée par le talent d'un jeune styliste dénommé Serge Gevin, la 2CV 4 donne naissance à la 2CV SPOT ainsi qu'à une pratique commerciale devenue aujourd'hui courante : la série limitée ou série spéciale.

Serge Gevin, qui signera beaucoup de séries limitées de la 2CV (la Charleston bordeaux, la Charleston grise, la Dolly, la Cocorico), est aussi l'auteur de la GS Basalte, de la Dyane Caban, de la Visa Sextant, de la Visa Carte Noire, etc.
Elle sortit donc dans une belle livrée orange, mode oblige, agrémentée et rehaussée d'un coloris blanc qui lui donnait résolument un air de vacances. À l'origine, elle devait s'appeler Transat, mais le nom avait déjà été déposé pour la France.



Citroën choisit Spot qui n’a rien à voir avec l’abréviation suivante : Spécial Orange Ténéré. On retrouvera Transat sur les versions étrangères de la France 3. Sous la capote, on trouvait un tendelet en tergal rayé orange et blanc, qui faisait office de parasol ludique. C'était d'ailleurs, hormis la couleur, le seul accessoire rajouté à la voiture.
Évidemment, comme toute nouveauté, la Spot eut un franc succès et les quelques 1800 exemplaires destinés pour la France au printemps 1976 de cette série limitée partirent comme des petits pains. Elle fut diffusée pour l’année modèle 1977 en octobre 1976 à 1200 exemplaire dans les pays suivants : au Benelux et en Italie en 2CV 4, en Suisse et en Grande Bretagne en 2CV 6.
Pour le modèle Suisse, les 2CV Spot furent numérotées sur la porte avant. Apparemment, il n’en reste qu’une sur les 200.



La 2CV Basket
 

À l'automne 1976, les élèves de deuxième année de l'école Camondo se voient proposer par leur professeur Carlos Cacérès, avec le soutien du directeur de l’établissement Henri Malvaux, un concours visant à étudier des solutions graphiques et chromatiques propres à individualiser un produit industriel de grande diffusion.
La 2CV ayant été choisie comme base de travail, le service des relations publiques de Citroën met à leur disposition tous les éléments nécessaires à leurs travaux. Parmi les 50 projets élaborés, deux sont réalisés en 1977 par Citroën sur de vraies voitures. Le constructeur donne ainsi vie à un exemplaire de la 2CV bleu, blanc et noir imaginée par Loïc Le Sabazec et Stéphane Jean ainsi qu'à deux exemplaires de la 2CV Basket conçue par Claire Pagniez.



La 2CV Charleston
 


  

Présentée en octobre 1980 au salon de l'automobile la 2CV 6 Charleston sort d'abord en série limitée.
En effet, prévue pour être fabriquée à 8000 exemplaires, la Charleston obligea Citroën à prolonger de 4 ans la carrière de la 2CV. Au vu de l'enthousiasme du public et des ventes, la direction de Citroën décide donc de l'intégrer au catalogue de 1982. Citroën touche une nouvelle clientèle "jeune" qui ne se serait jamais dirigée vers la marque au double chevrons sans la sortie de la Charleston.

La base de ce nouveau modèle est évidemment celle de la 2 CV 6 : bicylindres 602cc, soupapes en V, arbre à cames central, bloc/culasse en alliage léger, chemises sèches amovibles... Pour 29ch à 5750 tr/mn, la consommation usine est annoncée pour 5,4L à 90 km/h et 6,8L en cycle urbain.

Pour les coloris, c'est simple ; elle n'est disponible qu'en peinture deux tons répertoriée au nuancier Rouge Delage AC 446 et Noir AC 200. Le filet matérialisant la courbe des portières est simplement réalisé en adhésif gris. Ses phares ronds sont empruntés à la 2 CV Spécial et ont leurs cuvelages peints en rouge, de même que les jantes jusqu'à Septembre 1981.

Le 12 septembre 1980 donc, le service des relations publiques de Citroën annonce à grand renfort de communiqués et de conférences de presse, la série Limitée 2CV Charleston, avec sur le stand, au salon de Paris, quelques mannequins habillés très court avec des robes de perles et une coupe de cheveux à la garçonne.



La Charleston, sur base 2CV 6 Spécial, était peinte en deux teintes reprenant avec élégance la courbe supérieure des portes qui revenait s'enrouler vers le bas pour rattraper les ailes avant. La teinte unique mêlait le noir et un bordeaux profond dont l'appellation rouge Delage ne faisait que rappeler l’époque souhaitée en puisant dans le patrimoine automobile français.
Ensuite, la Charleston intègre la gamme Citroën et perd son statut de série limitée. Les phares deviennent chromés et les sièges sont en tissus uni gris. Plusieurs finitions de peinture viendront compler la gamme à partir de Juillet 1982 ; jaune Hélios AC 336 et Noir AC 200, et Gris Cormoran (GVP)/Gris Nocturne (GVR) en 1983. Elle terminera sa carrière en 1990.

C'est Serge Gevin qui se charge du design. Quand, en Juillet 1982 la Charleston Jaune fait son entrée ; "Mais qui oserait rouler avec une 2CV si voyante?" se posaient les futurs acheteurs. On la compare à la voiture de gaston lagaffe! Avec le dernier coloris Gris, Citroën se rattrape et sort un modèle plus sobre, plus classique. Aujourd'hui, la plus recherchée, c'est a Jaune...
L'appellation Charleston est choisie pour symboliser les années 1920-1930. Clin d'oeil rétro pour une voiture qui entame sa quatrième décennie de production.



La 2CV 007
 
   

Une année après la Charleston, sort la 2CV 007 pour marquer médiatiquement les prouesses d'une 2CV utilisée par Roger Moore et Carole Bouquet lors d'une folle course poursuite en Espagne, dans le film Rien que pour vos yeux. Celle du film était en finition 2CV Club avec un châssis renforcé et un moteur 4 cylindres, mais le bruit typique de la 2CV a pu être conservé grâce à un échappement spécifique.
D'abord présentée en Angleterre, la 2CV 007 sort à 500 exemplaires en conduite à droite, puis en France à 500 exemplaires. La 007 est une 2CV 6 Spéciale de couleur jaune avec des motifs adhésifs noirs comprenant l'inscription 007, le 7 étant doublé d'un pistolet, sur les portes, le capot et la porte de malle. Particularité intéressante, la voiture est livrée avec, sur la planche de bord, un sachet d'autocollants reproduisant des impacts de balles de revolver, a coller soi même sur la voiture, ce qui fait que des 2CV 007 ont pu être personnalisées! C'est la seule 2CV avec la Charleston à avoir reçu la couleur Jaune Hélios. L'intérieur était celui de la 2CV spéciale sans aucun ajout c'est à dire banquette en tep aeré noir, pas de pare soleil passager, petit compteur. La seule analogie avec le modèle qui a été utilisée pour le film est les phares rectangulaires.
Les voitures sont ainsi livrées à raison d'un exemplaire par concessionnaire, uniquement pour la promotion. La présentation des premiers exemplaires de cette série a lieu en compagnie des acteurs du film sur la place Vendôme en octobre 1981.




(\__/)
(='.'=)
(")_(")

“A force de limiter la vitesse, il n'y aura bientôt plus aucun pare-brise disponible pour le suicide des moustiques dépressifs.” Patrick Sébastien
Revenir en haut
nenette58


<b><u><!--01--><font color=F30B35>Administrateur</b></font></u>

Hors ligne


Inscrit le: 05 Juil 2015
Messages: 43 123
Passionné (e): Féminin
Mon prénom: Anonymouse
Âge: 0
Avertisseur de zones de danger: Inforad Ci

Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 09:10
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

l équipement


Les volants 2CV
Le volant de la 2CV ancienne AZ

Le volant de la 2CV Azam

Le volant de la 2CV Mehari

Le volant de la 2CV Club

Le volant de la 2CV Special

Le volant de la 2CV AZ



Les compteurs kilométriques 2CV
Le compteur de la 2CV ancienne AZ

Le compteur de la 2CV Azam

Le compteur de la 2CV Special

Le compteur de la 2CV Club

Tableau de bord de 1972

Les rétroviseurs 2CV
Le rétroviseur de la 2CV Club






Les calandres des différentes 2CV Les premières calandres de 2cv, de 1939 à 1942

Le plus ancien proto 2CV et certainement le plus connu d'entre eux.


2CV avec le phare au milieu, d'où le nom de 2CV Cyclope.


Le phare unique était à l'époque accepté par le code de la route et avait été adopté par Citroën.


Sur cette calandre, le logo apparaît pour la première fois, et dans un ovale.

Les calandres de 2CV de 1953 à 1960

Les chevrons sont remontés, sont plus gros et perdent leur ovale.

Les calandres de 2cv de 1961 à 1964

Le restylage du capot fin 1960 fait apparaitre une nouvelle calandre, plus haute et moins large que l'ancienne.


Les calandres des 2cv de 1965 à 1973

La calandre est dite "3 lames", et le logo est remonté sur le capot.

Les calandres des 2CV de 1974 à 1990

C'est la dernière calandre de la 2CV. Les chevrons reviennent au centre, plus petits que jamais.


Les poignées 2CV

Poignée de la 2CV AZ, jusqu'en 1970.


Poignée de la 2CV AZAM.


Poignée de la 2CV AZAM EXPORT.


Poignée des 2CV 4 et 2CV 6.


Les plaques des 2CV

Plaque de la 2CV 6.


Plaque de la 2CV Club.


Plaque de la 2CV Charleston.


Plaque de la 2CV Dolly.


Plaque de la 2CV Perrier.


Plaque de la 2CV Spécial.




(\__/)
(='.'=)
(")_(")

“A force de limiter la vitesse, il n'y aura bientôt plus aucun pare-brise disponible pour le suicide des moustiques dépressifs.” Patrick Sébastien
Revenir en haut
nenette58


<b><u><!--01--><font color=F30B35>Administrateur</b></font></u>

Hors ligne


Inscrit le: 05 Juil 2015
Messages: 43 123
Passionné (e): Féminin
Mon prénom: Anonymouse
Âge: 0
Avertisseur de zones de danger: Inforad Ci

Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 09:15
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

Photos de la 2CV dans les années 40



Photos de la 2CV dans les années 50
 




Photos de la 2CV dans les années 60
 




Photos de la 2CV dans les années 70


Photos de la 2CV dans les années 80





(\__/)
(='.'=)
(")_(")

“A force de limiter la vitesse, il n'y aura bientôt plus aucun pare-brise disponible pour le suicide des moustiques dépressifs.” Patrick Sébastien
Revenir en haut
zebulon42


<font color=052B37><u>Sage du Forum</u></font>

Hors ligne


Inscrit le: 03 Mar 2012
Messages: 7 094
Passionné (e): Masculin
Mon prénom: Thierry
Niveau mécanique:
Localisation: Moulins
Mes permis: A/B/E
Âge: 50
Avertisseur de zones de danger: Mini Coyote Plus

Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 10:46
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

Merci Nenette pour ces infos ultra documentées, je me suis regalé a lire ceci




si tu freines, t'es un lache....
Mes autos : Jp4, Twingo 1 1993, Twingo 1 1996, Porsche 928 S, Porsche 944 S
Revenir en haut
nenette58


<b><u><!--01--><font color=F30B35>Administrateur</b></font></u>

Hors ligne


Inscrit le: 05 Juil 2015
Messages: 43 123
Passionné (e): Féminin
Mon prénom: Anonymouse
Âge: 0
Avertisseur de zones de danger: Inforad Ci

Posté le: Dim 16 Juil 2017 - 10:47
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

Le site sur lequel j'ai pioché tout cet article (j'ai cité la source au bas du premier post) est très bien documenté Okay




(\__/)
(='.'=)
(")_(")

“A force de limiter la vitesse, il n'y aura bientôt plus aucun pare-brise disponible pour le suicide des moustiques dépressifs.” Patrick Sébastien
Revenir en haut
spider76


<font color=1A11ED><u>Semelle de Plomb</u></font>

Hors ligne


Inscrit le: 11 Jan 2014
Messages: 476
Passionné (e): Masculin
Niveau mécanique:
Âge: 50
Avertisseur de zones de danger: Inforad Ci

Posté le: Hier à 20:19
Sujet du message: Historique de la 2cv
Répondre en citant

J'ai un ami américain qui vient chaque année en France et qui adore la deuche, il trouve qu'avec le solex, c'est l'expression du génie français pour faire un truc simple, il aime aussi la DS parce que pour lui, c'est la même chose en matière de sophistication et d'originalité.
J'avoue que son point de vue me plait assez.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







Posté le: Aujourd’hui à 04:30
Sujet du message: Historique de la 2cv

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Sauter vers:   







Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


TOUS DROITS RÉSERVÉS www.forum-autopassion.net © 2007, 2015 thème by bolide / nenette58 / jacky21
Reproduction même partielle du thème interdite